Chute de plain-pied

 

cf. Fiche 1 de la brochure ED840 de l’INRS

 

Définition

Les chutes de plain-pied représentent 20 % des accidents de travail. Elles sont consécutives à une perte d’équilibre de la personne et entrainent un contact violent du corps avec le sol ou bien avec un objet se trouvant sur la trajectoire de la chute. La perte d’équilibre peut être la cause de plusieurs paramètres qui constituent l’environnement de travail (état du sol,  zones de circulation…).

Causes d’accident

La chute de plain-pied peut se produire dans plusieurs cas :

  • Sol défectueux
    • sol glissant, en raison de l’humidité (produits de nettoyage, matières grasses répandues,…) ou bien aux conditions climatiques (verglas, pluie,…)
    • sol inégal, abimé (présence de marche, revêtement de sol mal fixé,…)
  • Obstacles
    • zones de circulation (couloirs) encombrées par le stockage de divers objets (câbles, outils, cartons,…)
    • passages étroits qui longent des zones dangereuses
  • Manque de visibilité
    • éclairage insuffisant
    • vue obstruée

 

Moyens de prévention

  • Collectifs
    • conception des locaux (sol antidérapant, rampe, bonne fixation des revêtements de sol,…)
    • entretien régulier (nettoyage quotidien, nettoyage immédiat après un déversement de produit,…)
    • signalisation (balisage, éclairage)
    • formation du personnel (comportements à adopter pour se déplacer, mise en évidence des mauvaises habitudes)
  • Individuels
    • port de chaussures adaptées
    • correction de la vue

 

Réglementation

  • Code du travail

Article R4224-20, relatif au balisage des zones dangereuses

Article R4224-4, relatif à la limitation d’accès aux zones dangereuses

Article R4223-1 à R4223-11, relatif à l’éclairage

  • Recommandations de la CNAMTS
  • Normes AFNOR

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :