S’attaquer aux poussières cancérigènes

Bonjour,

Nous vous proposons de faire le point sur la réglementation concernant les poussières et notamment les poussières cancérigènes. Vous avez certainement entendu parler des maladies des ouvriers travaillant dans l’industrie du jean. Consistant à projeter du sable sous très forte pression, cette pratique est réalisée manuellement par des ouvriers, exposés continuellement à des particules de poussières de silice, de granit, de sable et de pierre.

Il y a également les salariés qui travaillent dans les scieries, et qui sont exposés à des poussières de bois.

Aujourd’hui, le cancer professionnel peut toucher tous les secteurs d’activités allant de l’industrie aux professions libérales. Si bien que personne n’est à l’abri d’une future maladie professionnelle (amiante, poussière de bois, silice..). C’est pour cela que toutes les entreprises sont concernées par ce problème.

La silice est un élément se trouvant en abondance à l’état naturel dans les roches et minéraux. Sa forme cristalline est présente dans de très nombreuses roches telles que granit, grès, sables et galets alluvionnaires ou maritimes, silex, etc. La forme la plus
répandue est le quartz.

La silice cristalline est classée cancérogène pour l’homme par l’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer (Groupe 1).
En France, la législation impose à l’employeur d’évaluer et de contrôler le niveau d’exposition et de s’assurer notamment
que la concentration moyenne en poussières de silice alvéolaire (quartz) inhalées par le salarié pendant 8 heures ne dépasse pas 0,1 mg/m3.

La réglementation qui s’applique pour la silice cristalline est celle des Agents Chimiques Dangereux (ACD). L’employeur doit mettre en place les mesures de prévention qui sont communes aux ACD et aux agents CMR (Cancérogène, Mutagène, toxique pour la Reproduction). La valeur limite d’exposition professionnelle pour la cristobalite est de 0,05 mg/m3 pour la cristobalite et la tridymite (Article R. 4412-149 du Code du Travail prévoyant les concentrations moyennes en silice des poussières alvéolaires inhalées par un salarié sur 8 heures).

D’autre part, les travaux exposant à la silice libre sont interdits aux jeunes de moins de 18 ans.

Face à ce constat, il est obligatoire de faire effectuer des mesures de poussières tous les ans par un organisme agréé. N’hésitez pas à nous contacter afin que nous vous établissions un devis personnalisé.

Bonnes fêtes de fin d’année à tous.

%d blogueurs aiment cette page :