Protection des voies respiratoires

ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE DES VOIES RESPIRATOIRES

 

On a recours aux équipements de protection respiratoire (E.P.R.) lorsqu’il est impossible d’utiliser les techniques d’assainissement de l’air (ventilation, captage des polluants…) ou que ces techniques se révèlent insuffisantes.

 

L’appareil de protection respiratoire permet de protéger le salarié contre les risques d’inhalation de substances dangereuses telles que les poussières, vapeurs, gaz…, ou lorsqu’il travaille dans un environnement faible en oxygène.

 

 

Le choix du masque de protection se fera en fonction de l’activité (pénibilité), de la durée d’exposition (le recours à un appareil de protection respiratoire doit se faire que dans certaines situations courtes ou exceptionnelles), et de la nature du polluant.

Les voies respiratoires sont susceptibles d’être exposées à des risques:

  • inhalation de vapeurs ou de gaz
  • inhalation de poussières, fibres et particules(gênantes, nocives voire toxiques)
  • inhalation d’aérosols, fumées, brouillards.

Les risques respiratoires peuvent provenir de différents formes de polluants :
-> les particules: les poussières (fibres), le brouillard ou buée(aérosols…) la fumée, et les bactéries
-> les gaz ou vapeurs: état moléculaire en suspension dans l’air.

Il existe les phares de risque (phares R), des annotations présentes sur les étiquettes de produits qui indiquent les risques encourus lors de leur inhalation, manipulation ou rejet dans la nature .

L’EPR va permettre de protéger l’individu vis-à-vis des risques d’altération de sa santé par inhalation de particules ou respiration d’air contaminé par des gaz, vapeurs… ou par manque d’oxygène pouvant entrainer des troubles respiratoires voire, à terme, des maladies graves (asthme, cancers des voies respiratoires…).

Les professions présentant ces dangers: peinture, traitements de déchets, utilisation de produits chimiques ou biologiques, soudure, sablage, mines, menuiserie

 

Les catégories d’Équipements de Protection Respiratoire

Il existe de nombreux types d’E.P.R. conçus par les fabricants pour s’adapter chacun aux différentes utilisations car un appareil inadapté pourrait mettre l’utilisateur en dangereuse situation.
Il existe deux grandes catégories:

source msa

 

L’appareil respiratoire filtrant:

Épure l’air ambiant contaminé par l’intermédiaire d’un filtre sans produire de l’oxygène, non utilisable dans une atmosphère appauvrie en oxygène. Généralement constitué d’une pièce faciale (équipée d’un filtre adapté contre des poussières, gaz…) qui enveloppe de manière plus ou moins large les voies respiratoires.
Il peut être à « ventilation libre » AFVL: passage de l’air par la  respiration du porteur du masque ou « ventilation assistée »AFVA: par le biais d’un ventilateur motorisé

  • Le filtre sert à piéger les molécules gazeuses à sa surface par contact de l’air chargé en polluant au fur et à mesure de son passage au travers du filtre.

-> les filtres anti-aérosols (anti-poussières)
-> filtres anti-gaz
-> filtres combinés: pour protéger à la fois contre des aérosols et des gaz et vapeurs, constitués alors d’un filtre anti-aérosols et d’un filtre anti-gaz superposés.

L’appareil respiratoire isolant:

Il est alimenté en air ou oxygène depuis une source non contaminée. L’atmosphère est appauvrie en oxygène. L’utilisateur est indépendant de l’atmosphère environnante. Constitué d’une pièce facial e et d’un dispositif d’apport d’air, l’appareil peut être autonome (source d’air portée par l’appareil) ou non autonome (l’utilisateur peut être relié par un tuyau à la source d’air comprimé ou une zone proche non contaminée: incendies…) c’est le cas des cagoules utilisées pour protéger les salariés de projections de particules métalliques (sablage…)

  • Autonome: assuré par un circuit ouvert ( oxygène comprimé) / un circuit fermé (génération d’oxygène)
  • Non autonome: A air libre / air comprimé (adduction d’air: système respiratoire qui fournit un air sain de qualité respirable directement à la pièce faciale en partant d’une source d’alimentation indépendante de la zone polluée)

l’Équipement de protection Respiratoire comprend donc des pièces faciales qui doivent assurer l’étanchéité entre l’atmosphère ambiante et l’intérieur de l’appareil par un « joint facial »:

-> Masque anti-poussière/Le demi-masque/masque complet: Le masque anti-poussière protège contre les poussières mais pas contre le gaz. Le demi-masque recouvre le nez, la bouche et le menton, constitué de matériau souple et étanche et comporte des soupapes. Peut équiper un AFVL, AFVA, ou AF pour incendies et l’appareil isolant. Le masque complet comprend un demi-masque pourvu d’une soupape inspiratoire pouvant équiper en plus les appareils isolants et d’évacuation autonome.

-> Le demi-masque filtrant/ masque complet filtrant: pièce faciale (constitué de matériau filtrant) qui recouvre nez, bouche et menton. Filtrant contre les aérosols liquides, solides et gaz… uniquement dans l’AFL,  AFVA ou l’AF pour incendies.

-> la cagoule: constituée d’un matériau souple, recouvre l’ensemble de la tête et parfois les épaules, comporte un large oculaire et un dispositif d’apport et de répartition de l’air. Elle n’est compatible qu’avec des dispositifs qui la maintiennent en sur-pression d’air.

-> autres : L’embout buccal: constitué d’une pièce d’étanchéité tenue par la bouche, d’une soupape…; casque: constitué en partie supérieure d’un élément protecteur rigide étanche et résistant aux chocs.

 

 

NORMES ET RÉGLEMENTATION RELATIVES AUX A.P.R


Un équipement de protection respiratoire choisi, doit :
– Être certifié CE et conforme aux normes respiratoires.
– Être compatible avec le travail du porteur
– Convenir au porteur
– Être compatible avec le port d’autre équipement de protection individuel
– Être approprié et adéquat afin de contrôler le risque (exemple posséder le niveau de protection suffisant,utiliser les cartouches de filtration correcte…)
– Être vérifié avant chaque mise en service.
– Être nettoyé et révisé selon les instructions du fabriquant.

Ces exigences légales sont de la responsabilité de l’employeur.


Filtrant ou isolant?

La teneur en oxygène dans sa fonction respiratoire permet de classer les appareils en catégories: Si la teneur de l’air en O² est inférieure à 17% il faut apporter à l’utilisateur de l’air respirable provenant d’une autre source -> appareil isolant ou à adduction.
Dans les autres cas on utilisera un appareil qui prélève et filtre l’air ambiant.

Pour les appareils filtrants

  • Classification des filtres (source France sécurité)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Classification protection

Demi-masque filtrant/ masque complet filtrant :
-classe P1 ou FFP1 (faible efficacité) : protège contre les particules solides grossières sans toxicité spécifique (carbonate de calcium).
– classe P2  ou FFP2 (efficacité moyenne) : protège contre les aérosols solides et / ou liquides indiqués dangereux ou irritants (silice, carbonate de sodium…).
– classe P3 ou FFP3  (haute efficacité) : protège contre les aérosols solides et / ou liquides toxiques. (béryllium, particules radioactives…).
légende: FF : conception jetable.
P : protection contre les particules (aérosols : poussières, fumées, brouillards)
1, 2, 3 : classe de protection des filtres (1 : faible capacité, 2 : moyenne, 3 : grande)

Pour les gaz, Il existe trois classes de filtres de protection respiratoire anti-gaz définies selon leur capacité de protection:
– Classe 1 (généralement en galette) Faible capacité Concentration du polluant inférieure à 0,1 %.
– Classe 2 (généralement en capsule ou cartouche) Capacité moyenne Concentration du polluant comprise entre 0,1% et 0,5 %.
– Classe 3 (généralement en bidon porté à la ceinture) Grande capacité Concentration du polluant comprise entre 0,5 %et 1 %.

 

Pour les appareils isolants (source France sécurité)

 

 

 

 

 

 

 

 

=> Le Facteur Nominal de protection: sert de référence pour choisir un appareil de protection respiratoire le plus adapté car il représente le niveau de protection théorique offert par un A.P.R dans les norme.
Il donne la concentration maximale d’exposition vis-à-vis de laquelle celui-ci
peut être utilisé : soit Concentration maximale d’exposition = VME x FNP.
VME : Valeur Moyenne d’Exposition. C’est la concentration en dessous de laquelle des personnes peuvent être exposées pendant 8 heures sans risque pour leur santé. (INRS)

Selon la directive Européenne 89/686 les E.P.R. doivent subir des examens de conformité aux exigences essentielles:Il existe une liste de normes européennes concernant les appareils de protection respiratoire
en voici quelques unes:

NF EN 136 masques complets
NF EN 138 APR à air libre avec masque complet
NF EN 149 exigence en terme de fuite totale vers l’intérieur des demi-masques filtrants contre les particules pour les masques jetables
NF EN 405  Demi-masques semi-jetable
NF EN 402 APR isolants d’évacuation
NF EN 13274-1 méthodes d’essai
etc…

 

Quelques fabricants et leurs produits




Masque WILSON 5251 FFP2 D-OV 10.055.95

protection contre les aérosols et odeurs
meilleur confort et esthétique.

 

 

 

 


De Zimmer
: souple et résistant, interchangeable et réutilisable

 

 

 

 

 

 

 


De Kimberly clark
: plus d’ergonomie, masque moulé, plus confortable , meilleure sécurité, soupape double.

 

 

 

 

 

 

Haléco pièce faciale confortable, harnais permettant une mise en place simplifiée, léger et facile à transporter.

 

 

 

 

 

 

Gamme Aeris airline plus appareil respiratoire isolant à circuit fermé  de Fenzy: pour interventions longue durée.

%d blogueurs aiment cette page :