Harnais et nacelle

Que dit la réglementation

Doit t-on être attaché dans une nacelle ? L’ambiguïté vient de la différence des réglementations en fonction des pays. En effet, bien que le « panier » soit systématiquement ceinturé de garde corps pour éviter les risques de chute, l’Angleterre, le Canada et les USA imposent le port du harnais dans une nacelle. Celui-ci doit être relié à un point d’ancrage prévu sur la nacelle.

Finalement, c’est le fabricant de la nacelle qui peut imposer le port ou non d’un EPI. C’est indiqué sur la notice d’utilisation.

L’avis de la CNAMTS

On retrouve dans les FAQ du CACES de la CNAMTS en recherchant le terme « harnais » :

Faut-il porter un harnais dans une nacelle ?

La réponse apportée le 31 octobre 2009 est assez claire :

La nacelle équipée de ses garde-corps constitue un plan de travail muni d’une protection collective contre le risque de chute de hauteur. Le port du harnais n’est donc pas réglementairement obligatoire.
Toutefois, les règles d’utilisation de la PEMP déterminées par le constructeur et définies dans la notice d’instructions doivent être respectées, ce qui peut comprendre le port d’EPI et les conditions de leur mise en œuvre (liaison, harnais, points d’accrochage).
Dans ce cas la longe utilisée doit être suffisamment courte pour assurer la retenue de l’opérateur, c’est à dire empêcher son éjection par dessus le garde-corps.
Le Ministère chargé du Travail confirme ce point dans une note du 26 février 2008 en §II. Cette note figure en annexe de la brochure INRS ED 801 – Plate-formes élévatrices mobiles de personnel, disponible sur le site www.inrs.fr.

Les chutes de hauteur en nacelles

Évidemment, il convient de spécifier le type de nacelle et les déplacements possibles de l’engin. Pour cela il faut se référer à la recommandation de la CNAMTS R386.

Un des risques les plus connus lors de l’utilisation de la nacelle est le passage sur une aspérité entrainant l’éjection de la personne du « panier ». Dans ce cas les ceintures de maintien ne seront pas suffisantes, il faut utiliser un harnais. La problématique majeur étant de trouver des harnais simples à mettre en œuvre et que la nacelle soit bien équipée de points d’ancrages pour protéger de l’éjection.

Les points d’ancrages sont estimés devoir résister à une force de 600 daN pour un usage normal, une force de 1000 daN pour un usage en mode dégradé. On peut retrouver ces informations dans la parution de décembre 2001 N°36 « Chantiers btp ».

Harnais simple à mettre

Une protection avec un harnais est le bon réflexe. Cependant, la mise en place d’un harnais est pas évidente pour les personnels travaillant sur ces postes.

La société de grimpe « Climbing Technology » propose un harnais facile à enfiler que l’on peut trouver ici : WORK TEC, harnais ergonomique disposant de deux points d’attaches, adapté à tout type de travail en retenue et à une utilisation avec des systèmes anti-chute, où l’opérateur a les deux pieds sur une surface plane ou inclinée de 30° au maximum.

NEWTON EASYFIT HI-VIZ
Petzl Newton Easyfit

La société Pluceo propose aussi un harnais simple à enfiler avec des poches inclues pour le travail.

On garde le meilleur pour la fin comme souvent le concepteur et fabricant « Petzl » a travaillé sur le sujet. Il propose un harnais simple à enfiler, incluant un gilet haute visibilité. Le NEWTON-EASYFIT-HI-VIZ.

Les ceintures de maintien

La société Honeywell propose une ceinture de maintien pratique et simple, le mode d’emploi est clair. Cette ceinture a une durée de vie annoncée de 10 ans à partir de la date de fabrication. Elle est prévue pour un travail à hauteur du point ou en dessous. Attention à bien calculer le facteur de chute. Voir le mode d’emploi de cette ceinture. Il existe d’autres ceintures de maintien.

Prévoir les secours

Il faut éviter le syndrome du harnais et cela quel que soit le harnais, accroche ventrale ou dorsale. En effet, une personne en suspension inerte pourra le supporter entre 6 à 20 minutes avant de voir apparaître les premiers symptômes :

  • Fourmis dans les jambes
  • Trouble de la vision
  • Fatigue
  • Perte de connaissance

Après 30 minutes, le pronostic vital de la personne sera engagé, il faudra prévoir une évacuation vers un hôpital équipé d’un centre de dialyse.

Conclusion

Quelque soit votre choix, il faudra bien vérifier si le fabricant autorise le type d’EPI choisi en fonction des nacelles utilisées. L’INRS vous propose un article complet avec un pdf à télécharger sur leur site.

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :