Le ferrosilicium et le transport de matières dangereuses selon l’ADR 2017

Le ferrosilicium est un ferroalliage de formule FeSi (1 atome de fer pour 1 atome de silicium), produit en Egypte, au Brésil et dans d’autres pays.

Il est classé dans l’ADR sous le n° UN 1408 classe 4.3. C’est une matière qui, au contact de l’eau, peut dégager des gaz inflammables (hydrogène) et toxiques (phosphine, arsine).

La phosphine (ou phosphure d’hydrogène) est un gaz toxique de formule chimique PH3. L’hydrogène, lui, est bien connu pour être un gaz hautement explosif, de formule H2, très léger, dont le large domaine d’explosivité le rend particulièrement dangereux.

Cependant, il existe un débat entre entreprises stockant et transportant ce produit pour savoir s’il est soumis à l’ADR. En réalité, il suffit de lire attentivement le paragraphe 14 de la fiche de données de sécurité pour vérifier si le ferrosilicium est classé ou non. Bien souvent, la FDS mentionnera le fait que le produit a été testé conformément aux procédures du manuel d’épreuves et de critères.

En effet, le 2.2.43.1.5 de l’ADR nous dit qu’une matière doit être classée dans la classe 4.3 si :

  • le gaz dégagé s’enflamme spontanément à un stade quelconque de l’épreuve ou si
  • il y a un dégagement de gaz inflammable à un taux supérieur à 1 litre /kg de matière et par heure

 

Le 2.2.43.1.7 de l’ADR précise bien que sur la base des procédures d’épreuve de la section 33.4 du manuel d’épreuves et de critères, on peut également déterminer si la nature d’une matière nommément mentionnée est telle que cette matière n’est pas soumise aux prescriptions relatives à la présente classe.

Ce test permet de prouver que le ferrosilicium ne correspond pas aux critères de la classe 4.3 mais il ne permet pas de dire que le ferrosilicium n’est pas soumis à l’ADR. En effet, il reste le risque subsidiaire 6.1 à prendre en compte. Sur ce sujet, l’ADR est peu clair. On pourrait supposer que si le ferrosilicium ne dégage pas suffisamment d’hydrogène, il ne dégage pas non plus suffisamment de phosphine ou d’arsine. Cependant, l’ADR est muet sur ce sujet.

Quoi qu’il en soit, il est recommandé aux salariés amenés à manipuler ce produit, et aux chauffeurs également, de ne pas manipuler ce produit par temps humide. Des précautions devraient être prises lors de l’ouverture des conteneurs chargés de ferrosilicium et également lors du chargement de ce produit, que ce soit en big bags ou en vrac benne. Des masques anti-poussières (P3) devraient être fournis aux personnes manipulant ce produit, avec la possibilité de s’équiper d’un appareil de protection respiratoire en cas de dégagement de gaz toxique. Cet appareil de protection sera équipé d’une cartouche antigaz type B (couleur grise).

 

 

%d blogueurs aiment cette page :